La restriction de mouvement aux frontières terrestres RDC-Rwanda, un véritable calvaire pour les petites commerçantes transfrontalières de deux villes.

République Démocratique du Congo- Goma :  Toutes bâties au pied du Nyiragongo, la ville de Goma en RDC et celle de Gisenyi au Rwanda entretiennent des relations transfrontalières solides et profitables aux habitants de deux pays depuis bien longtemps.

Avant la pandémie Covid, des milliers de personnes traversaient tôt le matin les postes frontaliers de la grande et de la petite barrière pour travailler, étudier, se promener, voyager ou encore faire des achats des marchandises dans le pays voisin sans l’ombre d’aucune gêne.

Aujourd’hui les allez et viens entre les deux frontières sont limitée à cause de la nécessité de lutter efficacement contre la propagation du Coronavirus.

Les 10.000 femmes congolais et rwandaises qui vivaient et nourrissaient leurs enfants à travers le commerce informel en traversant chaque jours le poste frontalier de la petite barrière Goma-Gisenyi sont attristés par la paralysie de leurs activités journalières en ce temps de crise sanitaire. Des mères de familles ne savent plus joindre les deux bouts du mois car le petit commerce transfrontalier est pour eux le seul moyen de subsistance.

Selon les statistiques de l’Association des petits Commerçants Transfrontaliers de Goma, sur près de 7000 membres, seuls 1500 ou 2000 commerçants transfrontaliers continuent d’exercer leurs métiers.

Soumises actuellement à des techniques d’achats groupés ou de location des véhicules pour le transport de leurs marchandises, nombreuses femmes commerçantes affirment clairement que ces mesures ne les avantagent pas du tout.

C’est le cas de Madeleine Yano qui exporte l’huile de palme vers Gisenyi et qui pense que c’est trop couteux. « Avant je pouvais moi-même porter mes bidons d’huile au dos pour aller vendre à Gisenyi et je pouvais gagner au moins 15.000FC » renseigne-t-elle. « Aujourd’hui avec un capital de 70$ il m’est impossible de louer une place dans un véhicule » ajoute Yano, toute triste.

D’après la présidente des petits commerçants transfrontaliers de Goma, Plusieurs femmes commerçantes ont même déjà dépensé leurs capitaux pour s’occuper de leurs familles pendant ces temps d’inactivité.

Avec le vaccin de Covid elles espèrent que les choses vont rentrer en ordre, et que la vie reprendra la cour normale.

 « Espérons que le vaccin nous permettra à reprendre notre commerce sans obstacle.» Dit Yano, avec espoir.

Lors d’une conférence de presse tenue le 10 mars, le Ministre de la Santé Eteni Longondo, a annoncé le lancement officiel de la vaccination contre le coronavirus le 15 mars – hélas, la distribution de celui-ci n’a pas encore débuté-.

Selon le Dr Junior Bulabula de l’INRB (Institut National de Recherche Biomédicale), les professionnels de la santé et les travailleurs sociaux seront les premiers à être vaccinés. Les personnes présentant des comorbidités (maladie rénale chronique, hypertension, diabète) et les personnes âgées de plus de 55 ans.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here